Mars 2001

 Antoine et ses mouillettes

 

Suite à une discussion de fond avec l'ami Antoine, une remarque d'ordre général sur les problèmes de mouillette s'impose. Tout d'abord, il est nécessaire de rappeler que la taille de la mouillette est peu importante, il faut surtout bien touiller au fond à l'aide de la mouillette pour que ce soit bon.

Contrairement aux affirmations de quelques-uns, une mouillette s'use rapidement : elle diminue en taille et se ramollie tout au long de sa durée d'utilisation. Et une fois usée, y'a plus de mouillette. Il est alors nécessaire de changer de mouillette. Une petite préparation s'impose dite de " remise en condition ". Il est conseillé d'avoir au moins deux mouillettes pour finir : avec une mouillette seule,c'est limite mesquin (enfin, à son avis...) , il faut s'économiser, voire radiner sur la mouillette, ce qui n'est pas convenable !!

 

contrepet

En plat de résistance, on pourra préparer ses mouillettes pour les quiches de la patronne .

En Litterature

HUYSMANS Joris-Karl (1848-1907)

La chemise collée au dos trempé, le périnée humide, les jambes et les bras moites, le front inondé, découlant en larmes salées le long des joues, des Esseintes gisait anéanti, sur sa chaise; à ce moment, la vue de la viande déposée sur la table, lui souleva le coeur; il prescrivit qu'on la fît disparaître, commanda des oeufs à la coque, tenta d'avaler des mouillettes...

Un affaissement sans bornes le coucha contre la table; manquant d'air, il se leva, mais les mouillettes avaient gonflé ......

 

 

Un peu de culture

1528, retour de Cortès en Espagne

Cortés revient en Espagne en 1528. Il rapporte des produits inconnus en Europe : Tomate, haricot blanc, pomme de terre, maïs, piment, tabac et sa boisson favorite, le chocolat.

Peu à peu, les espagnols se mettent à boire du chocolat chaud. Ils le consomment aussi avec des mouillettes ou des biscuits qu'ils trempent dedans.

 

Test de personnalité

QUEL MANGEUR ETES VOUS ?

Quand vous mangez un œuf à la coque, vous avez plutôt tendance à :

 

1°découper soigneusement une petite calotte au sommet de la coquille pour la détacher proprement (et pouvoir y introduire ensuite des mouillettes ou un doigt.

2°taper sur l’œuf avec le dos de la cuillère jusqu’à ce que la moitié supérieure de la coquille soit réduite en miettes.

3°le manger dur parce que vous l’avez laissé cuire trop longtemps.

 

REPONSE:

1°Pour vous, on ne plaisante pas avec la nourriture. Vous êtes un dégustateur raffiné, ou plus exactement maniéré, limite maniaque. Un peu coincé, quoi. Vous êtes du genre à ne boire que de la vodka-martini au shaker et pas avec une touillette. Mais bon, c'est pas tout de déguster, faudrait aussi penser à vous nourrir, des fois.

2°Non seulement vous êtes un sadique, mais en plus vous mangez comme un porc. Vous ne pouvez pas préparer des cuisses de grenouilles sans avoir préalablement épinglé le pauvre batracien et l'avoir consciencieusement électrocuté et disséqué pendant des heures avec des pincettes. Mais cette cruauté n'a d'égale que l'indécence avec laquelle vous dévorez bruyamment tout ce qui passe à proximité de vos mâchoires comme si vous sortiez à peine d'une grève de la faim de trois mois. C'est bien simple : vous n'êtes pas sortable. Et après vous vous étonnez qu'on ne vous invite jamais à dîner ! Et puis d'abord arrêtez de manger entre les repas.

3°Vous êtes un loser. Toute la nourriture qui passe entre vos mains cesse aussitôt d'être comestible. Vous passez plus de temps à vous battre contre les casseroles qu'à manger les morceaux que vous arrivez à sauver. Achetez un livre de cuisine pour débutants, pour commencer, parce que la cuisine ça s'improvise pas. Et puis ne désespérez pas, il faut se dire que la chance finira bien par tourner un jour.